REAL MADRID – LIVERPOOL : LA RENCONTRE DES ÉQUIPES COUSINES

Ce mardi 6 avril 2021, le Real Madrid et Liverpool vont croiser le fer, à l’occasion du quart de finale
de Ligue des Champions. Des états de formes aux dynamiques, en passant par les clés tactiques,
décryptage de ce qui est sans nul doute l’affiche la plus indécise.

Le contexte

Les deux équipes connaissent des exercices sinusoïdaux. Actuellement dans une bonne série de résultats, les deux formations sont en confiance, malgré les fortunes diverses. Liverpool est actuellement sixième de Premier League certes, mais elle n’est qu’à deux longueurs de Chelsea, quatrième du championnat, et à égalité de points avec Tottenham, qui occupe la cinquième place.

Le Real Madrid est quant à lui provisoirement deuxième de Liga, à trois points du leader l’Atlético de Madrid. En attendant le match du FC Barcelone, qui peut leur repasser devant de deux unités en cas de succès ce soir, les ambitions sont encore réalisables pour les deux équipes. Le titre pour l’un, le top 4 pour l’autre, c’est un match qui arrive à point nommé pour se confronter.

Liverpool : les raisons du regain de forme

Sur les trois derniers matchs toutes compétitons confondues (TCC), les Reds ont inscrits six buts, mais surtout n’en ont encaissé aucun. Ce regain de forme s’explique par plusieurs éléments.

  • Une stabilité défensive retrouvée

La blessure de Virgil Van Dijk a complètement fragilisé l’édifice Reds. N’ayant que seulement trois défenseurs centraux de métier au coup d’envoi de cette saison, les deux compères du néerlandais, Joe Gomez et Joël Matip, ont tous les deux subi de grosses blessures. Le technicien allemand a dû faire appel au tout jeune Rhys Williams (18 ans), et à Nathaniel Phillips, pour épauler Fabinho et le capitaine Jordan Henderson, tous les deux milieux de terrain, en charnière centrale.

Ozan Kabak et Nathaniel Phillips, ici après le huitième de finale de C1 2020-2021, contre le RB Leipzig

Lors du mercato hivernal, l’arrivée anecdotique de Ben Davies en provenance de Preston North End, mais surtout celle du défenseur turc Ozan Kabak, venu de Schalke 04, va changer la donne. Après des débuts poussifs, son adaptation s’est déroulée avec brio. Associé à Nath Phillips, l’ancien de Galatasaray enchaine les matchs. Une première depuis la blessure du colosse néerlandais pour le club de la Mersey.

Les nouveaux partenaires dans l’axe de la défense, qui apprennent encore à se connaitre, laissent des espaces dans leurs dos, mais n’en reste pas moins rassurants et combatifs. Présents dans les duels, ils insufflent une énergie nouvelle à une équipe qui était en panne de « leitmotiv » pour se relancer. Ils permettent également à Fabinho de retrouver son poste de sentinelle, dans lequel il reste l’un si ce n’est le meilleur au monde à son poste. Enfin, on peut également citer le retour en grâce de Trent Alexander-Arnold. Le jeune latéral anglais s’est réveillé depuis le match face à Manchester City, et enchaîne les prestations de haute volée. De nouveau constant défensivement et inspiré offensivement, cela aura son importance. Depuis quelques saisons, la Ligue des Champions se gagne avec l’aide de ses latéraux, les meilleurs du monde sur la saison. Le pic de forme du défenseur Scouse, couplée à la constance de Robertson, tombe à point nommé pour les Reds.

Fabinho et Diogo Jota, deux éléments décisifs pour la fin de saison de Liverpool
  • Le retour de Fabinho au milieu

Il est sans conteste possible l’un des premiers facteurs de cette dynamique. D’abord son influence dans le jeu, ainsi que son assurance dans les transmissions sous pression et à la construction. Sa présence tentaculaire au milieu de terrain ensuite. Véritable catalyseur dans l’entrejeu Scouse, le brésilien dynamise le jeu offensif de son équipe. Il rassure sur le plan défensif plus haut sur le terrain. Un véritable facteur déterminant, qui pourrait s’avérer un motif de regret pour Jürgen Klopp de ne pas avoir remis à son poste plus tôt celui qui fût pendant quelques mois un défenseur central de fortune. 

  • Diogo Jota : le facteur X

Il est la raison numéro une des chances de qualifications de Liverpool en C1. Par ses courses, sa qualité devant les buts et le dynamisme qu’il apporte, il est et sera l’élément le plus dangereux avec Mohamed Salah. Doté d’une bonne première touche de balle, ses appuis toniques, sa manière d’infiltrer une défense, couplée à l’intensité et la qualité de ses appels, en font un joueur clé de l’attaque anglaise. Plus encore, sa mobilité, mais aussi son aisance sur tous les postes offensifs, rendent le trident (ou quatuor) offensif Reds imprévisible. Ses permutations constantes avec Sadio Mané et Mohamed Salah, son affinité technique avec ce dernier et sa bonne compréhension du jeu de Roberto Firmino font de lui un réel motif d’espoir et d’ambition pour Liverpool. Un vent de fraicheur et une imprévisibilité retrouvée par la formation anglaise par sa simple présence.

Real Madrid : une équipe espagnole à l’accent italien

La Casa Blanca est sur une série de onze matchs sans défaites. Neuf victoires et deux matchs nuls qui confirment l’excellente forme des madrilènes. Provisoirement deuxièmes de la Liga, le Real Madrid peut encore remporter le championnat et la Ligue des Champions.

  • Une défense dense et une efficacité retrouvée

Alors que l’équipe espagnole n’était pas forcément rassurante sur le plan défensif, Zinedine Zidane a su trouver la solution. Sans toucher à son milieu fétiche, le technicien français s’est réinventé avec une défense à trois. Exit le classique et prévisible 4-3-3, place au 3-5-2, qui arrange et satisfait tout le monde. Avec ce schéma, le Real Madrid a réglé ses soucis défensifs, notamment sur la largeur. Les ailiers adverses se retrouvaient bien trop facilement en situation de débordement/centre. Ils avaient bien trop souvent l’espace et la liberté de faire ce que bon leur semblait.

Raphaël Varane et Nacho, une charnière centrale sereine en l’absence du capitaine Sergio Ramos

Avec ce 3-5-2, les Merengues ont trouvé la solution à l’équation tactique qui était la leur. De la densité dans l’axe, une meilleure gestion défensive, un jeu en paire sur les ailes, des milieux qui avalent les espaces, et une explosivité retrouvée offensivement. Le retour du meilleur football de Raphaël Varane, ainsi que la constance de Nacho au très haut niveau donnent au Real Madrid une assise défensive sereine. L’absence de Sergio Ramos est un problème, néanmoins les deux hommes ont obtenus des résultats probants en son absence. Notons également la solidité de Ferland Mendy sur le flanc gauche, véritable jumeau d’Andrew Robertson de Liverpool en termes de profil. Lucas Vazquez, ailier de formation reconverti latéral droit par Zidane avec brio, explique également la bonne dynamique des madrilènes. Avec le latéral de l’équipe de France, leurs projections sont pertinentes, et offrent toujours une solution supplémentaire sur le plan offensif. Un bloc difficile à manœuvrer, une efficacité dans le jeu de nouveau tangible et une froideur de tous les instants. Le dernier représentant « factice » italien semble prêt à rejouer ce « remake » de la finale du troisième sacre consécutif en Ligue des Champions.

  • Une efficacité retrouvée et des cadres en forme

Un domaine dans lequel la formation madrilène excelle et a retrouvé toute sa qualité : les contre-pressings. Les derniers matchs ont montré que l’équipe de Zidane pouvait également produire du jeu. Les sorties de balles modèles se font de nouveau de plus en plus courantes, et les séquences de possessions plus tranchantes. Dans le dernier tiers du terrain, Karim Benzema se charge de la sentence. Sur un nuage, le français, élu meilleur joueur du mois de mars, n’en finit plus d’impressionner. Il enchaine les buts certes, mais quel régal dans le jeu. Entre ses déviations et sa justesse technique, rien de ce qu’il fait ou propose n’est inutile. Au sommet de son football et de sa carrière, Liverpool devra se méfier de celui qui aime les affronter (4 buts en 3 matchs).

Casemiro se montre également adroit sur coup de pied arrêtés. Ce dernier est par ailleurs le deuxième meilleur buteur du club cette saison, derrière son nueve. Une capacité de projection utile, symbolisé par sa position de centre récurrente dans le demi-espace droit. N’hésitant pas non plus à prendre sa chance de loin, le brésilien est un réel atout offensif, malgré son poste de milieu défensif. Outre le légendaire attaquant du Real Madrid, le milieu de terrain est revenu à son meilleur niveau. On a mentionné la sentinelle brésilienne de la Casa Blanca, mais que dire de ses deux compères de l’entrejeu.

Casemiro et Karim Benzema, les deux atouts offensifs du Real Madrid cette saison

D’abord Toni Kroos, toujours aussi impérial dans le contrôle du jeu de son équipe et du tempo de l’ensemble du match. Sans ballon, il est et reste un élément éminent, malgré le grand différentiel avec ballon. Sa qualité de passe en fait le métronome du Real Madrid. Le caractère décisionnel de l’entrejeu madrilène dépend essentiellement de l’allemand. Et puis vient Luka Modrić. L’homme dont le temps bonifie le football. Malgré ses 35 ans, il est toujours aussi tonique dans ses courses, fait preuve d’une justesse technique affolante, et surtout une parfaite imperméabilité au pressing adverse. Tantôt regista pour assurer la relance, comme véritable numéro 10, sa mobilité au service de la versatilité tactique est la clé du milieu du Real Madrid. Avec l’absence de Federico Valverde au match aller, ses efforts seront cruciaux pour les Merengues.

Quelle approche tactique pour les deux formations ?

L’aspect le plus intéressant à l’approche de ce match est son ressort tactique. Quels sont les plans à venir des deux coachs ? Plongeons ensemble dans ce à quoi pourrait ressembler le match sur le tableau noir.

  • Le 3-5-2 : l’assurance tous risques pour le Real Madrid

La Casa Blanca possède plusieurs options tactiques. Comme le coach adverse, Zinedine Zidane a une appétence pour le 4-3-3. Pour autant, le schéma est prévisible pour ses adversaires. Une problématique partagée par son homologue allemand sur le banc de Liverpool. Avec la série de très bons résultats récents, le technicien français pourrait aligner un 3-5-2.

Face à la mobilité et la vitesse des attaquants adverses, densifier l’axe est un scénario prévisible, au vu des velléités offensives des ailiers Reds. Un système idéal pour plusieurs raisons. D’abord, il permet de rendre la lecture tactique illisible. Avec la qualité des joueurs, on ne sait pas si le bloc sera haut, bas ou médiant. Le milieu de terrain est polyvalent et chaque élément se projette tour à tour. Renforcer la présence dans l’axe de la défense, en plus de Casemiro dans le rôle de chape de plomb supplémentaire, rendrait plus compliqué les volontés offensives anglaises.

Toni Kroos et Luka Modrić, les deux maestros du Real Madrid, attendus au tournant contre Liverpool

Ce système est aussi flexible, selon le positionnement des joueurs. Avec la possible titularisation d’Éder Militão, qui peut jouer défenseur central et latéral droit, le Real Madrid a la possibilité de passer à une défense à quatre et de muer le 3-5-2 en 4-3-3. Ferland Mendy peut également être associé à Nacho et Varane en défense centrale, afin de titulariser Marcelo, et jouir de toutes ses qualités offensives. Enfin, l’attaque à deux permet de rapprocher avec Vinícius Júnior et Karim Benzema. Le positionnement de Lucas Vazquez peut, en cas de passage en 4-3-3, permettre d’écarter davantage le jeu et avoir le surnombre offensivement sur les ailes. Le but étant d’exploiter la lenteur de la charnière adverse et le dos de Trent Alexander-Arnold, latéral talentueux et offensif, mais qui laisse des espaces conséquents dans son dos.

  • Le 4-2-3-1 : la solution pour Liverpool ?

C’est ce qui pourrait constituer le pari du match. Outre l’aspect très offensif de cette formation, il n’en reste pas moins le plus équilibré au vu des forces en présence. Le point fort du Real Madrid est son milieu de terrain, tout particulièrement celui qui évolue à la place de sentinelle selon les moments du match. Dès lors, que ce soit Casemiro, Kroos ou Modrić qui évolue dans cette position, la nécessité de gêner le joueur dans cette zone permettrait aux attaquants de Liverpool de semer le trouble dans la défense madrilène.

Liverpool aura donc besoin d’un joueur qui consent à faire les efforts, les répéter, et également par son placement entre les lignes permettre d’être une solution pour les ailiers Reds, qui aiment rentrer à l’intérieur pour faire le jeu et trouver un appui. Un costume qui pourrait convenir parfaitement à Roberto Firmino, dans un rôle de numéro 10/9,5. Une tâche qui colle pleinement à ses qualités, d’autant plus qu’avec son abnégation et son coffre physique, il jouerait comme un troisième milieu de terrain et maintiendrait un équilibre.

Mohamed Salah, Diogo Jota et Sadio Mané, un trio de feu attendu contre le Real Madrid

Autrement, Liverpool pourrait évoluer dans un 4-3-3 cher à Jürgen Klopp. La mise au repos ce week-end de Georginio Wijnaldum laisse penser qu’il débutera la rencontre. Accompagné de Fabinho et Thiago Alcântara, le trident offensif serait composé de Sadio Mané, Diogo Jota et Mohamed Salah.

  • Profondeurs, possession et efficacité

Les enjeux techniques de ce match reposent sur trois points clés : la gestion des profondeurs (de banc et sur le terrain), la possession et l’efficacité.

Les deux équipes ont besoin d’avoir le ballon pour se rassurer, et limiter les possibilités offensives adverses. Du coté du club de la Mersey, qui manie un bloc haut, les enjambées de Vinícius seront certainement le premier problème à gérer. Face à la lenteur de la charnière Kabak-Phillips, il est probable que la défense anglaise ait des sueurs froides. L’ailier brésilien, de base plus rapide que Trent Alexander-Arnold, aura un avantage conséquent et des espaces plus qu’exploitables pour prendre de la vitesse, à moins que les Reds décident de jouer bas et d’abandonner la possession à la Casa Blanca.

Pour ce qui est du Real Madrid, il semble qu’avec sa nouvelle formule, les faiblesses soient masquées. Néanmoins, le Real Madrid n’aime pas courir après le ballon. La faute aux jambes des cadres trentenaires qui peuvent trainer des pieds par moment. Liverpool pourrait ainsi adopter une approche tournée vers la possession outrancière, jusqu’à fatiguer le club madrilène et l’achever ensuite. Entre une formation anglaise pas toujours sereine en transition défensive, et une équipe espagnole qui préfère faire courir le ballon que de courir après, la nécessité d’avoir le pied sur le ballon est fondamentale.  Les deux groupes sont également des diesels. Ils mettent du temps avant de concrétiser leurs actions, et ont besoin de plusieurs d’entre elles avant d’en mettre une au fond. Un mal chronique que partagent les deux formations, et qui promet un match animé avec une phase d’observation conséquente.

Marco Asensio et Vinícius Junior, les lieutenants qui devront épauler le général Benzema en attaque

Un dernier point essentiel : le banc. Comme en 2018, les fortunes des deux équipes sont diverses. L’une est dans l’obligation de sauver sa saison par la Ligue des champions, tandis que l’autre est certes, dans de meilleures conditions, mais aspire à un doublé championnat-C1. Et comme en 2018, la décision viendra certainement du banc. Le Real Madrid a un avantage sur ce point par rapport à Liverpool. Avec la présence de Marco Asensio, décisif lors de son entrée en jeu contre l’Atalanta Bergame et auteur de trois buts sur ses trois derniers matchs, il est capable d’apporter un dynamisme qu’un Xherdan Shaqiri ou un Divock Origi peinent à montrer du coté de Liverpool. En cas de non-titularisation, Vinícius est également une solution. Dans un rôle de supersub, il a été régulièrement auteur d’une passe décisive, comme contre la Real Sociedad, l’Inter Milan, ou encore le Chakhtar Donetsk.

Un match particulièrement excitant, qui donne souvent lieu à des instants mémorables de la Ligue des Champions. Une affiche unique et indécise, qui pourrait bien désigner le futur vainqueur de cette édition de Ligue des Champions.

Abdou lad

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s